Un ticket pour les France

Déjà vainqueurs de la coupe de ligue Rhône-Alpes, nos féminines n’ont pas fait dans la dentelle. En effet, depuis le début de cette saison 2014/15, les podiums se succèdent et pour les entraineurs du club Michel et Mauricette Roig, la satisfaction est grande de voir leurs protégées sur le devant de la scène. Il en est de même aussi bien évidemment pour les dirigeants du club.

Le 10 janvier dernier, à la Maison du judo de Lyon, se disputaient les championnats de la Ligue Rhône-Alpes de karaté en individuel et par équipes. Autant dire que pour les Rutissons tous les espoirs étaient permis même si, comme toujours dans ce genre de compétition, la concurrence était rude. Au final tout s’est déroulé pour le mieux. Si la compétition avait mal débuté pour Lucas Zeder qui concourait en individuel junior, l’équipe féminine du SKCD allait briller. Fortes d’un excellent début de saison, les filles allaient, en effet, réaliser de beaux éliminatoires en jouant de stratégie et de tactique sachant que le mot d’ordre était avant tout , de «_prendre du plaisir_». Ainsi, au terme d’une exceptionnelle compétition, Dorothée Jean, Euphrasie Sperone et Laurine Leone décrochent la médaille d’or et leur ticket pour les championnats de France qui se dérouleront les 25 et 26 avril prochain à Toulouse. C’est la récompense du travail réalisé durant les entrainements et notamment pendant les fêtes de fin d’année pour cette équipe qui porte haut les couleurs du club mais aussi du département de l’Isère dont elles sont les dignes représentantes.

skcd20215Une autre grande satisfaction chargée d’émotion fut l’obtention, en décembre 2014, à Saint Etienne de Crossey, de la ceinture noire de Pierre-Marie Seghers, ancien journaliste. Un lien fort et personnel nous liait avec Pierre-Marie. Lorsqu’il a poussé la porte du dojo du SKC Dauphiné, alors que nous ne l’avions pas revu depuis 1990, un pari s’engagea entre les trois passionnés que nous sommes_: faire que Pierre-Marie obtienne sa ceinture noire. Et après deux ans de travail acharné et de persévérance, ce fut la récompense suprême que nous partageâmes avec lui car Pierre-Marie, outre le sportif qu’il est, a été d’un extrême réconfort et témoin littéraire lors de la disparition accidentelle de notre fille Nathalie en 1990. Ce fut un véritable cadeau de Noël avant l’heure.

Le sport sait procurer ce genre d’émotions mais l’humain reste souverain.